"Tout commença en 1904 au Pays de Galles, en Grande-Bretagne."

Historique

Un réveil sans précédent est suscité par l’Esprit de Dieu lui-même. Une prise de conscience de l’œuvre de la Croix et de la puissance du sang de Jésus sur les ténèbres caractérisa ce réveil. En un an, on dénombra 100 000 conversions dans cette région.

 

La naissance de la dénomination "Eglise Evangélique Apostolique

Parmi les bénéficiaires de ce réveil, les frères Williams, Daniel et Jones expérimentent en 1910 le baptême de l’Esprit. Dès lors, ils sont dirigés dans le temps à voyager tout en prêchant l'Evangile, ils vont devenir respectivement apôtre et prophète. En quelques années ils implantent un certain nombre d'églises. Ils s’aperçoivent rapidement de la valeur et de l’utilité des ministères dans la vie de l'Eglise. Ils sont amenés aussi à collaborer avec le Pasteur TURNBULL et Franck HODGES qui vivent les mêmes expériences.

C’est en Grande Bretagne, en 1916 que le nom « Eglise Apostolique » apparaît pour la première fois pour désigner ce nouveau mouvement . 

Les débuts de l’Eglise Evangélique Apostolique en Suisse

C'est dès 1927 qu'un réveil en Suisse alémanique rassemble plusieurs communautés. En 1946, un artiste de cirque danois, mis en contact avec ces églises, vit une profonde conversion à Jésus-Christ alors qu'il est en Suisse. De retour au Danemark, Falbe HANSEN, trouve une église ayant la même confession de foi et les mêmes orientations que celle qu'il a rencontré en Suisse. Il prévient le Pasteur WILLENGER de Suisse par courrier et finit par entretenir une correspondance avec lui.

Lors de cette même période, Madame WILLENGGER a une vision : elle voit deux hommes marchant sur un pont et se dirigeant à Oberhofen.

Puis la vision devient réalité quand deux apôtres danois, profitant d'une permission militaire, visitent les Eglises Apostoliques de Berlin et décident de faire halte en Suisse. A cette époque, les Soviétiques bloquent  toutes les routes de Berlin, mais par miracle les deux apôtres réussissent tout de même à se rendre vers le sud. Ils parviennent à traverser le pont de Berlin Est, donnant accès au monde occidental. Ayant reçu les coordonnées de la famille WILLENGGER par Falbe HANSEN, les deux hommes se rendent chez eux. Un pont est alors ouvert entre les Eglises Apostoliques du Danemark et ces communautés de Suisse. Les églises de Suisse allemande se joignent alors au mouvement de l’E.A. d’Europe.

Plus particulièrement à Genève

Fritz de ROUGEMONT, Pasteur de l’Eglise Réformée Indépendante neuchâteloise, organise diverses rencontres au sein des églises protestantes et assemblées locales, pour transmettre le message du Réveil. Ces réunions, qui ont lieu dans plusieurs régions de Suisse romande, ont pour but de faire découvrir ces réalités, afin de ranimer les cœurs au sein du mouvement protestant. Elle deviennent connues sous le nom de "l’Union pour Réveil". A Genève, ces dernières se font à la Salle Centrale, dans laquelle les 900 places sont toujours occupées, lundi après lundi. Invité par le pasteur Fritz de Rougemont, G. JEFFREYS, de Londres, communique une forte vision par sa prédication dont le thème est : "Jésus sauve, baptise, guérit, revient." 

En 1935, certains des participants de l’Union pour le Réveil veulent une église établie, alors que l’œuvre est un mouvement de réveil au sein des églises protestantes. C’est ainsi que naissent les église de Réveil, dont Genève est le berceau (Genève est aussi le berceau des églises libres au 19ème).

En 1951, à Neuchâtel, est fondée la 1ère communauté romande après une réunion d’unité, qui met en présence F. de ROUGEMONT et F.WILLENGGER, son ancien camarade de Faculté. Elle se joindra à l’Eglise Evangélique Apostolique de Suisse en 1955.

C'est un an plus tard, en 1956 à Genève, que 30 voix, dont celle d’Edith BRUNNER, Marguerite BURKI et la mère de Rose-Marie ECUYER, Mme MORNAY, acceptent d’établir une Eglise Evangélique Apostolique . Le premier pasteur est Monsieur BAILLIF de Normandie (France). Le petit groupe se retrouve à la Fusterie. Cependant, l'Eglise est sujet de contestation. Les fenêtres de son batîment sont notamment, un jour, attaquées par une lancée de pommes pourries! L'Eglise est perçue comme marginale et les personnes qui la fréquentent sont considérées comme des traîtres à l’église officielle. C’est alors par prophétie, une parole de Dieu révélée lors d’une campagne sous tente à Plainpalais, que l’église apprend où seront ses prochains locaux : « Mes enfants, je vous ai réservé une salle en face de la tente ». Quelques temps plus tard, l’église se retrouve avenue du Mail. Une suite d’aventures s’enchaînera pour la gloire de Dieu.

 

Depuis lors, plusieurs pasteurs se sont succédés, dont Monsieur GENTIZON jusqu’en 1993, puis Monsieur BUSSY.

Aujourd'hui, les Eglises Evangéliques Apostoliques de Suisse comprennent deux associations distinctes: une romande (Eglise Evangélique Apostolique) et une alémanique (Bewegung +). Il est maintenu des relations privilégiées au travers d'un forum et d'une formation pour responsables de communautés une fois par année.

Quelques cinquante Eglises Evangéliques Apostoliques et Bewegung + contribuent au partage de l'Evangile dans notre pays, en collaboration avec d'autres mouvements et églises.

 

 

Revival